renforcement des controles sur la route BackTrack

Le commissaire du district de Nickerie, Nisha Kurban, prend des mesure de précaution après l’éclosion d’une maladie aviaire inconnue qui décimé des milliers de poussins au Guyana, le voisin de l’Ouest du Suriname. Mais il ne s’agit sans doute qu’une question de temps avant que le secteur des volailles touche Cayenne.

« Les services concernés ont reçu des instructions de vigilance supplémentaire sur la route BackTrack et la liaison Canawaima à Southdrain »

explique la commissaire en parlant de la police, les services douaniers et de l’armée surinamaise. Le ministère de l’ agriculture, de l’élevage et de la pêche (LVV) avait déjà émit une interdiction d’importation de tout type de produits pouvant transporter le virus inconnu : volaille, œufs, viande, plumes et engrais font partie de la liste.

Ceux coupable à une importation illicite seront directement transféré à la police où, selon Humphrey Naarden, le porte-parole des services de l’ordre, sera déterminé de leur sort.

Le commerce de volaille entre le Suriname et le Guyana est minime, mais il est néanmoins avisé de ne prendre aucun risque. Depuis la découverte du virus il y a deux semaines, pas moins de 45.000 poussins ont été retrouvé mort. Les plus touché sont les poussins de canard de deux à trois semaine d’âge de la race Muscovy, connu localement comme Doksi et Doksa.

Dans un communiqué publique, le ministère LVV fait savoir ne pas savoir de quel virus il s’agit, mais il y a une grande suspicion que la maladie se propage par voie aérienne.

« l’éclosion et la propagation de ce virus au Suriname pourrait engendrer de lourdes pertes pour le secteur de volaille au Suriname… mais aussi une pénurie de viande et d’œufs, une souffrance des animaux et la perte du marché de l’exportation »

est-il écrit dans le communiqué qui n’exclus pas une contamination à l’homme.

source: De Ware Tijd

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *